IL EST TRÈS IMPORTANT DE SE FAIRE ACCOMPAGNER


Il est possible de sortir de la violence



Que l’on soit victime directe ou indirecte ou auteur de violence, il est possible de sortir de la violence.

 Il est difficile pour la victime de sortir seul  de la situation d’emprise et de peur.

 Sortir de la violence suppose d’être accompagnée sur la durée. De même, l’auteur des violences ne pourra modifier son comportement qu’au prix d’une analyse de ses comportements et d’un accompagnement adapté sur la durée, sur contrainte judiciaire parfois.

Envisager et organiser la séparation
Selon Marie France Hirigoyen   «pour partir il faut reconnaître son impuissance à changer l’autre et décider de s’occuper enfin
de soi
».

La séparation est un long cheminement et se fait par étapes. Une situation de violence ne cesse pas du jour au lendemain et se dégager de l’emprise est un processus long pour lequel plusieurs allers et retours peuvent être nécessaires.

 Décider de rompre la relation avec son conjoint ou le départ lui-même expose la victime au risque de violences graves, c’est pour cette raison qu’il est nécessaire de préparer son départ et organiser une protection.

 Le départ peut générer une précarité (baisse de ressources) et nécessite de changer ses habitudes (ne pas retourner sur la quartier d’origine, incidence sur le travail…).

. Parfois un départ précipité s’impose (suite à une scène particulièrement violente, des menaces sur les enfants…) et nécessite une mise en sécurité immédiate. Il reste néanmoins plus intéressant pour la femme (et les enfants le cas échéant) d’anticiper son départ afin de se protéger au mieux, de préparer ses démarches sur le plan du logement, de l’emploi, de préserver ses droits ultérieurs (documents utiles au divorce, à la plainte, aux droits sociaux, carnet de santé des enfants etc. … ).